Vente en ligne de matériel de randonnée, trekking, trail, running,ski de rando,course à pied,alpinisme,fast hiking et marche nordique...

Tour du Bassin Minier (Episode 2)

Épisode 2, les infos pratiques :

  • Parcours : GRP Tour du Bassin Minier Boucle 2 au départ puis GR 127 variante de Liévin, GR 127 et GR 121
  • Trajet : Lens/Arras
  • Date : 13/02/2012
  • Distance : 45 km
  • Durée : 9h00 de marche
  • Heure de départ de Douai : 07h03
  • Heure de retour en train : 17h24

Départ de Douai par l’habituel train de 07h03, arrivée à Lens ½ heure plus tard (1ère photo à gauche) le départ du circuit emprunte le début de la boucle 2 du GRP Tour du Bassin Minier, après 2km on arrive dans le Val de Souchez, (2ième photo à gauche)

 

agréable petite rivière, c’est l’hiver, il fait froid…il n’y a personne, puis on se dirige vers le terril de Pinchonvalle, le plus long d’Europe, culminant à 120m, un sentier aménagé propose de le gravir, ce que je fais , mais arrivé en haut le panorama était nul, à cause de la brume hivernale, j’ai donc, faute de mieux, photographié le panneau de la table d’orientation ! (1ère photo ci-dessous à droite).

En redescendant du terril on bifurque sur le GR 127 en direction de Givenchy en Gohelle que l’on rejoint par d’agréables chemins, en suivant une petite route, un panneau en face du cimetière indique les autoroutes et grandes villes avoisinantes, …. certainement pour aller directement du cimetière à l’autoroute ! (2ième photo à droite).

 

Je fais un détour par la place du village, pour aller me réchauffer en buvant un café à l’unique bar tabac. C’est une place classique, avec son église, son monument aux morts, sa mairie et … sa baraque à frites ! (photo ci-dessous à gauche)

Au café, des anciens ironisent sur les élections présidentielles en disant qu’on va réduire leur retraite, et qu’ils vont retourner travailler, d’autres parlent du décès de Whitney Houston.

Puis c’est la montée vers le mémorial de Vimy, avec quelques touristes perdus dans la brume,

J’ai fait l’impasse sur le site des tranchées, l’ayant déjà visité ; c’était d’ailleurs très intéressant, commenté par des étudiants canadiens avec les tranchées ennemies distantes de quelques dizaines de mètres seulement.

Le site a conservé tous les stigmates de la guerre, il y a des trous d’obus partout (2ième photo à droite), au beau temps, il y a des moutons qui tondent le gazon, dans ce chaos les tondeuses mécaniques sont inefficaces.

Je prends une photo (1ère photo à droite) du monument Marocain en partant, il y a également de nombreuses plaques commémorant les combattants volontaires de nombreuses nations.

Puis on redescend de l’autre côté de la crête en direction de Souchez, je passe près de la résidence Hurtevent (quelqu’un que je connais !), puis un long chemin de campagne part en direction du Mont Saint Eloi, quand je suis à mi chemin, le soleil apparait et une éclaircie permet de voir Notre Dame de Lorette (photo à gauche), ainsi que tout un panorama qui va des ruines de l’abbaye du Mont Saint Eloi aux terrils jumeaux de la fosse 11-19 de Liévin, que l’on surnomme ‘’ les mamelles du bassin minier ‘’ , vu sous cet angle ; c’est vrai !, puis ils disparaissent à l’horizon.

En approchant du village du Mont Saint Eloi, je trouve un cadavre de buse sur le bas côté, elle a des serres énormes, aussi grandes que des mains d’enfant !, puis c’est la montée vers le village, une vielle grange( photo à droite) a très probablement été construite avec des pierres provenant de l’abbaye qui ; détruite par les iconoclastes révolutionnaires en 1792 a servi de carrière de pierres pendant un demi siècle.

Une ancienne station service (photo à gauche) offre également une bien jolie façade.

Arrivé sur la place je fais le tour de l’abbaye dont les vestiges sont impressionnants vus de près, je me dirige vers l’unique café du village pour boire un café et voir des autochtones, mais il est fermé, tant pis.

Puis c’est la descente vers Ecoivres qui s’avère être un très joli et harmonieux petit village, beaucoup de maison en pierre blanche d’Artois et un belle petite église avec un clocher à crochets, (photo à droite) ; ces clochers typiques de l’Artois ne sont plus qu’une dizaine, la flèche des ces clochers est en pierre blanche, cette pierre étant assez fragile, les crochets servait d’ornementation, mais aussi plus probablement d’échelle pour escalader et entretenir la flèche.

Puis le sentier longe la voie de chemin de fer Arras/Saint Pol en passant par le joli hameau de Bray, puis Maroeuil, qui est un village plus classique, on rejoint ensuite la Scarpe et une minoterie abandonnée (photo à gauche), puis la source Saint Bertille qui donne naissance à un ruisseau bien aménagé.

En longeant la Scarpe (2ième photo à droite) je rencontre plusieurs hérons dont 2 blancs !!!, je croyais que tous les hérons étaient cendrés !!!, de plus il n’y a pas d’erreur possible car les hérons sont parmi les rares oiseaux à voler avec le cou replié !!!, bizarre, bizarre ; puis on arrive au hameau de Louez, un moulin a été restauré (1ière photo à droite), en fait il s’agit d’un cabinet d’architectes, si leur bureau est la pièce panoramique, ils doivent travailler dans un cadre propice à la sérénité et à la créativité !

Puis la Scarpe rejoint Arras en traversant un grand jardin public et un zone humide naturelle, on se croirait presque à la campagne, je croise un dernier héron, mais c’est un héron citadin qui, habitué aux promeneurs, n’a pas peur et se laisse prendre en photo (photo à gauche).

Je me dirige ensuite vers la gare à petit pas, 45 km ça fatigue, pour le tourisme on verra une autre fois.

Alain Thiroux

Écrit par

Webmaster du site HorizonsNature.fr Guillaume pratique le Trail Running depuis plusieurs années. Mais, passionné de sport nature avant tout, il aime aussi parcourir les sentiers en VTT ou en Rando à la recherche de grands espaces.

Pas encore de commentaire.

Laisser un message

Message