Vente en ligne de matériel de randonnée, trekking, trail, running,ski de rando,course à pied,alpinisme,fast hiking et marche nordique...

Conseils pour votre première grande randonnée.

Des paysages à couper le souffle, l’évasion, la liberté, le plaisir de la découverte de la flore et la faune… Autant de raisons qui poussent chaque jour des millions de randonneurs à arpenter les sentiers de part le monde. Mais ne croyez pas que tout cela est réservé à une élite : la marche est une activité très accessible pour peu que l’on soit au fait de quelques notions de base que je vais tenter de vous exprimer ci-dessous.

L’environnement (ses contraintes et ses risques)

Qui veut profiter un tant soit peu de la nature, se doit avant tout de la respecter!

Ainsi tout ce qui peut être admiré (fleurs et végétaux) ne doit pas être prélevé et il vaut mieux éviter de couper les sentiers pour ne pas détruire les cultures et prés de fauche.

Vous serez parfois amenés à utiliser des barrières qu’il convient de refermer derrière vous pour éviter l’éventuelle divagation de troupeaux.

Cela va sûrement vous paraitre évident, mais il faut aussi rappeler que la nature ne restera intacte que si vous conservez l’ensemble de vos déchets sur vous (épluchures diverses comprises).

Il faut aussi garder en tête que vous éloigner de votre environnement quotidien vous soumet aux risques naturels envers lesquels prudence et humilité sont de mise.

Chutes de pierres, glissements de terrain, crues et autres contraintes météorologiques (pluie, orage, neige, froid, vent…) peuvent être imprévisible, l’altitude si vous randonnez en montagne aggrave même la situation.

Le risque zéro n’existe pas, mais celui-ci pourra être largement réduit si vous êtes bien informé et préparé à tout ce que vous pourrez rencontrer.

Les préparatifs

S’ il est quelque chose qui fait partie intégrante du plaisir d’une grande randonnée, c’est en premier lieu de la préparer : c’est un peu là où débute le voyage :)

Le lieu se choisit à l’envie, en tenant compte de son niveau physique et/ou de pratique : en effet, une randonnée engagée loin de tout en montagne par exemple ne s’envisage pas comme quelques jours en plaine avec de nombreux villages à traverser.

Une fois l’endroit choisit, il est important de se documenter pour pouvoir se repérer une fois sur place et aussi établir votre parcours prévisionnel, voire les éventuelles variantes possibles (itinéraire de replis en cas de mauvais temps, boucles étapes etc…). Pour cela, nous vous conseillons d’investir au moins dans une carte topographique (si possible au 1/25 000) voire d’un Topo Guide s’il existe car ce dernier vous donnera tout un tas de détails pratiques sur place (restauration, hébergement, détails d’intérêts et explications à propos des lieux traversés…).

Pour l’établissement du parcours, il faut aussi tenir compte de votre allure de marche. Par convention, il est établi que l’allure d’un randonneur est en moyenne de 3 à 4km/h sur terrain plat. En cas de dénivelé important il vaut mieux tabler sur celui pour évaluer votre vitesse de progression : retenez les valeurs de 300m de dénivelé par heure en montée et de 500m par heure en descente. Pensez aussi à faire une pause d’une dizaine de minutes toutes les heures (à prendre en compte dans vos calculs).

Randonner, c’est un plaisir qui est aussi contemplatif, il conviendra de prendre ce facteur en compte pour ne pas vous imposer des timings trop serrés au moment de couper votre itinéraire en étape car il serait dommage de ne pas profiter des endroits traversés étant pressé par le temps.

Vérifiez la localisation des hébergements : refuge, hôtel, chambre d’hôtes voire bivouac pour ceux qui veulent se couper le plus avec leur quotidien. Chaque fin d’étape devant posséder une ou plusieurs solutions d’hébergement.

Topo-Guide : mode d’emploi
(Cliquez pour agrandir)

Le Topo-Guide® vous sera d’un grand secours, si vous craignez de ne pas vous en sortir sur place car en plus d’étapes déjà établies, il vous proposera un grand nombre de possibilités de logement avec les numéros de téléphones correspondant pour une éventuelle réservation.

En cas d’utilisation des refuges, il conviendra de vérifier les dates et horaires d’ouverture avant de vous aventurer.

Si vous choisissez la solution « bivouac » veillez respecter la réglementation en vigueur sur les itinéraires empruntés.

Avant de partir, mieux vaut avoir un minimum de condition physique pour que vos jours de marche ne se transforment pas en long supplice.

Pour cela rien de plus simple, c’est en forgeant que l’on devient forgeron ainsi pour appréhender le mieux possible votre périple, il vous suffit d’aller marcher régulièrement sur les sentiers de randonnée à proximité de chez vous, cela pourra aussi être l’occasion de tester une partie du matériel que vous comptez emporter en condition réelles et de faire les éventuels ajustement nécessaires.

Bien entendu, d’autres activités comme la marche nordique, faire du vélo ou courir pourra être un complément intéressant mais absolument pas nécessaire car rien ne vaut la pratique de la marche pour progresser le but étant surtout de préparer le corps à un effort spécifique.

En cas de parcours en altitude, il peut être intéressant de prendre en compte dans votre séjour l’acclimatation.

Toujours pour préparer votre randonnée, vous pouvez aussi contacter les offices du tourisme et/ou le bureau des guides s’il en existe un.

Le matériel

Pour bien marcher, le premier investissement à réaliser est une bonne paire de chaussure :

Privilégiez une chaussure confortable pour votre pied, à tige haute qui vous maintiendra bien le pied et évitera les torsion des chevilles. En cuir ou synthétique, le chausson doit être imperméable pour parer à tous les climats que vous pourrez rencontrer.

Qui veut aller loin ménage sa monture, il vous faudra donc utiliser des paires de chaussettes techniques :

Spécialement conçues pour ce type de contraintes, elles limiterons les frottements diminuant ainsi le risque d’ampoules. Elles permettrons aussi au pied de bien respirer pour ne pas avoir la sensation de pieds trempés par temps chaud ou vous isoleront du froid par température basse. Pensez à en emporter plusieurs de chaque type pour parer à tout changement climatique.

La protection du pied peut être complétée par l’utilisation de produit de préparation du pied facilitant le tannage à appliquer tous les jours quelques semaines avant de partir et de crème anti-frottement à mettre sur les pieds avant d’enfiler les chaussettes.

Principe des 3 couches
(Cliquez pour agrandir)

Pour vos vêtements : pensez au principe des 3 couches :

Utilisez près du corps une première couche au contact avec la peau qui va éliminer rapidement l’humidité issue de la transpiration.

La couche intermédiaire devra être choisi pour ses qualités thermique et de stockage de l’humidité corporelle avant le transfert vers l’extérieur.

Et enfin la couche externe sera là pour vous isoler des conditions extérieures (pluie ou vent) mais devra rester respirant pour évacuer l’humidité interne.

Un cape imperméable pourrait être un très bonne option car elle protégera à la fois vous jusqu’au genou et votre sac sous la pluie.

Vous trouverez aussi un grand nombre de pantalons adaptés au différents types de parcours (anti-abrasif, convertible en short, softshell…)

En cas de soleil, pensez à la crème solaire, des lunettes et un chapeau pour éviter les désagréments (à prendre en compte d’autant plus que le risque augmente avec l’altitude).

Au niveau sécurité téléphone, sifflet d’alerte, lampe frontale et couteau occuperont votre fond de sac ainsi que l’inévitable trousse de secours (aider vous par exemple de cet article de la Fédération Française de Randonnée pour constituer la votre).

À cela vous pourrez ajouter : une paire de gant si besoin, une boussole pour vous orienter sur votre carte ou gps rando pour une solution tout en un, des bâtons pour soulager vos jambes durant les ascensions et vous sécuriser en descente.

Pour contenir tout cela il vous faudra un bon sac pratique et confortable. Nous vous conseillons d’utiliser un sac d’au moins 50L pour des randonnées dépassant 2 jours.

Si vous souhaitez voyager en autonomie, privilégiez un sac de couchage efficace et une tente légère pour ne pas vous surcharger plus que nécessaire (vous pouvez aussi vous aider de nos conseils sur le choix du sac de couchage)

Alimentation et Hydratation

Même si vous choisissez une solution d’hébergement comprenant le repas du soir, il est important la journée pendant la marche de vous nourrir pour compenser la perte énergétique consécutive à l’effort consenti.

Privilégiez les barres énergétiques de l’effort, très pratiques et intéressantes sur le plan énergétique, mais aussi les fruits secs, le chocolat, compotes, pâtes de fruit ou tout autre aliments « encas » facilement consommables en marchant.

Pour éviter de disséminer vos emballages pensez à prendre une poche porte déchets ou à défaut un sac plastique pour les collecter en attendant de trouver une poubelle.

Votre panoplie devra être complété par un moyen de stockage de boisson (gourde, bidon ou poche à eau) pour vous permettre de vous hydrater facilement pendant la marche. Certains bidons vous permettront même de purifier votre eau ou à défaut en cas de ravitaillement d’une source naturelle : utilisez des pastilles purifiantes.

Hydratez-vous régulièrement par petites gorgées, dès le début de l’effort, avant d’avoir soif. Rappelons qu’une boisson trop froide vous fera consommer plus d’énergie pour l’assimiler.

De même essayez de manger assez souvent car quand la sensation de faim arrive, le coup de mou n’est jamais très loin…

Si vous voyagez en autonomie, il vous faudra aussi prévoir vos repas du soir. Nous vous conseillons les repas lyophilisés pour leur coté pratique (faible encombrement) et leurs grandes qualités nutritives.

Si vous avez opter pour cette solution, n’oubliez pas d’emporter de quoi chauffer l’eau nécessaire pour reconstituer vos repas.

Quelques repas peuvent etre conditionnés avec de l’eau froide ( type taboulé ou aliments se réhydratants facilement).

Dernières petites choses avant de partir

Ça y est le jour du départ approche!

N’hésitez pas à établir une liste de ce que vous voudrez emporter : cela vous permettra d’affiner le choix du matériel emporté et aussi de cocher tout ce qui a été mis dans le sac pour éviter les tocs de vérification ;)

Pensez à dresser une liste de numéro de téléphone utiles en cas de problème.

Assurez-vous d’avoir un remplissage du sac cohérent par rapport à la fréquence d’usage de ce que vous y mettrez (pour ne pas avoir à tout sortir du sac pour mettre la main sur la cape de pluie par exemple…) mais aussi à bien équilibrer celui-ci (en général les choses les plus lourdes se portent près du dos pour éviter le ballotement).

Dans le même esprit les documents et objets utiles (porte-feuille, billets de train etc…) doivent être à portée de main.

Evitez de partir seul et le cas échéant si vous ne pouvez faire autrement indiquez votre itinéraire et les chemins que vous seriez suceptible d’emprunter.

Quelques bonnes nuits de sommeil et à vous les sentiers ;)

Écrit par

Webmaster du site HorizonsNature.fr Guillaume pratique le Trail Running depuis plusieurs années. Mais, passionné de sport nature avant tout, il aime aussi parcourir les sentiers en VTT ou en Rando à la recherche de grands espaces.

1 Commentaire à propos de “Conseils pour votre première grande randonnée.”

  1. POIRIEZ Pascal dit :

    Merci Guillaume de cet article que je trouve très complet et très ludique.
    On a souvent tendance à oublier les fonds de sac, comme la trousse premiers soins, mais tellement utile quand le bobo est là !
    J’aime bien « les tocs de vérifications »…c’est tellement vrai !

Laisser un message

Message